A la piscine municipale

9 septembre 2012

Poésie

– Marie Le Heran –

Dans l’herbe odorante, récemment coupée, la feuille brune, recroquevillée, semble endormie. La branche, au-dessus, danse une danse de branches quand le vent les taquine. La feuille verte frôle la feuille brune dans un geste tendre et maternel.
La fourmi s’évertue à un dressage invisible d’un petit bout de bois en prenant des allures de « va-t-en guerre ». La coquille d’escargot est posée là comme une spirale de stress, vidée de sa substance, percée de part en part. Les myriades de petits insectes et de fleurs minuscules, dans cette verdure gorgée de soleil engendrent une multitude de tonalité.
Je reste bouche bée devant l’œuvre que la nature a mis des millions et des millions d’années à accomplir. Toute cette organisation fragile et éphémère a tissé des liens secrets dans un incessant mouvement.
Le temps s’immobilise ou est-ce moi ?
La nature décide et façonne le paysage à sa guise avec son étonnante incohérence.
Je me relève, dans un état de semi torpeur et me plonge dans l’eau fraîche de la piscine municipale comme dans un bain d’inspiration.

Photo : Stanley Zimny

, ,

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :